Ce site utilise des cookies afin d’améliorer régulièrement l’utilisation du site. Vous vous déclarez d’accord en utilisant ce site Web. Infos supplémentaires

OK

Application

Comment les préparations à base de gui sont-elles administrées?

Les préparations à base de gui sont injectées sous la peau (injection hypodermique) puisqu’en cas d’utilisation par voie orale les composés protéiques qu’elles contiennent peuvent être digérés par le tractus gastro-intestinal. L’injection est analogue à celle d’insuline. Après instruction par le médecin, elle peut être effectuée par le patient lui-même.

Quelle aiguille/quelle canule et quelle seringue se prêtent à une injection?

Une canule de 0,4 x 19 mm et une seringue de 2 ml ont fait leurs preuves dans la pratique. Mais on peut aussi demander au médecin traitant quelle canule a été utilisée.

Y a-t-il un moment idéal pour commencer un traitement?

En fonction des objectifs que l’on se fixe, l’administration de préparations à base de gui est possible à différents moments au cours du concept thérapeutique ainsi qu’à différents stades de la maladie. Mais à priori, plus on commence tôt, plus l’effet du traitement sera positif. Dans la mesure du possible, il est conseillé de commencer immédiatement après le diagnostic.

Quels sont la fréquence et/ou les intervalles d’injection recommandés?

En règle générale, on injecte des préparations à base de gui deux à trois fois par semaine. Un ajustement individuel est effectué par le médecin. C’est justement un rythme d’injection de trois fois par semaine (par exemple le lundi, le mercredi et le vendredi) au cours des premières années du traitement qui a permis d’obtenir de bons résultats.

Quel sont les indices d’un dosage efficace?

Il peut se produire une rougeur (avec également un durcissement, des démangeaisons, une enflure ou une surchauffe) de 5 cm de diamètre au maximum autour du site de ponction, ou une augmentation de la température jusqu’à 38°C. On constate par ailleurs une amélioration de l’état général, celle-ci allant de pair avec une augmentation de l’appétit et un gain de poids, une normalisation du sommeil, une amélioration au niveau de la perception de la chaleur et des capacités de performance, une diminution de la susceptibilité aux infections, un regain de joie de vivre ainsi qu’une amélioration de l’humeur, de l’aptitude à l’auto-régulation et de la capacité à prendre des initiatives. On peut ce faisant s’attendre à ce que les réactions locales s’affaiblissent au cours du traitement par le gui, ou n’apparaissent même plus du tout.

Pendant combien de temps injecte-t-on une préparation à base de gui?

Un traitement par le gui peut durer aussi longtemps que dure le cancer. Par ailleurs, il s’est avéré efficace de poursuivre le traitement en fonction du risque de rechute. Dans la plupart des cas, cela signifie une poursuite du traitement pendant environ 5 ans à compter de la date du diagnostic ou de l’opération chirurgicale, ou même plus longtemps (par exemple en cas de cancer du sein ou du colon).

Vous quittez le site Web de l’Iscador AG

Vous quittez le site Web de l’ Iscador AG et vous parvenez dans le site Web d’un autre prestataire. Les contenus qui y sont publiés et leur conception ont été établis sans la participation de l’Iscador AG et sont sous la seule responsabilité de l’autre prestataire. L’Iscador AG n’endosse aucune responsabilité pour l’exactitude, l’exhaustivité et l’actualité de ces informations et des conséquences éventuelles de leur utilisation. Si vous acceptez les mentions ci-dessus, veuillez le confirmer avec D’accord.